« Le génocide voilé », de Tidiane N’Diaye, Continents noirs NRF Gallimard – 2008

Tout a été dit ou presque sur la traite des esclaves noirs, que ce soit au lycée, dans les livres, au cinéma, ou à travers des cérémonies de repentance.

En réalité, c’est la traite atlantique qui est presque exclusivement présentée, étudiée et commémorée dans les pays européens et américains, où la recherche et l’expression sont libres: c’est la partie la plus connue de la déportation des noirs d’Afrique. L’autre partie, beaucoup moins connue, concerne la traite arabo-musulmane, qui a déporté, d’après les spécialistes, plus d’africains que la traite atlantique.

Peu de gens connaissent les conditions dans lesquelles cette traite a été organisée vers le Maghreb et le Moyen-Orient.

Le livre de Tidiane N’Diaye, anthropologue sénégalais, lève le voile sur le génocide dont ont été victimes les millions d’esclaves noirs déportés au cours des siècles vers les régions arabo-musulmanes.

Il répond notamment à des questions telles que :

Comment s’est déroulé le rapt des noirs par les négriers arabes ? Quels ont été les circuits vers les pays destinataires ?

Quelle a été la vie des esclaves noirs une fois arrivés au Maghreb ou au Moyen-Orient?

Pourquoi cette traite n’est-elle pas aussi connue que la traite européenne ?

Pourquoi les esclaves noirs déportés n’ont pas fait souche dans les pays arabo-musulmans, comme ils l’ont fait en Amérique du nord et du sud ?

Tidiane N’Diaye répond à toutes ces questions, mais la dernière, qui est pour lui centrale, justifie pleinement le titre de son livre, « le génocide voilé ».

 

Pierre Champenois (adhérent d'Unidivers)