Rencontre conférence avec Éric Vinson le 27 Septembre 2016 sur le thème :

"Laïcité républicaine et fait religieux"


 

Unidivers souhaitait à double titre inviter Éric Vinson pour cette intervention. En effet lors du dernier voyage de notre association sur les hauts plateaux du Vivarais nous avions rencontré l’association « Enquête* » qui permet par son travail, de favoriser la rencontre et le dialogue dans une société souvent fragmentée par la méconnaissance de l’autre et de ses croyances.

Éric Vinson était alors président de  cette association. Tout en étant toujours membre de celle-ci, il est également intervenant- journaliste pour la revue le Monde des Religions. La rédactrice en chef de cette revue que nous avions reçu il y a quelques mois, Virginie Larousse, avait insisté sur la nécessité, pour la construction d’une laïcité ouverte et fraternelle, de favoriser la connaissance pluraliste des croyances.

Quelques points forts de cette soirée avec Éric Vinson* :

Il prendra tout d’abord quelques minutes pour nous mettre en garde sur d’éventuelles attentes qui ne seraient pas satisfaites à l’issue de cette soirée : faire un exposé exhaustif de la laïcité à la française, fruit de toute l’ histoire de France et encore plus définir le fait religieux alors que l’histoire des religions est pratiquement aussi ancienne que l’histoire de l’homme, demanderait pour être sérieux beaucoup plus de temps. C’est donc plutôt le rapport indissociable entre laïcité et fait religieux, sujet de l’intervention, qu’il essaiera de mettre en évidence.

En préalable il nous rappelle que sur ces sujets, il ne faut pas parler trop vite, c’est à dire qu’il nous faut prendre conscience de leurs complexités et aussi des postures que nous avons souvent. Par exemple que ce qui aurait trait au religieux est confus avec une diversité qui fait peur et donc que la laïcité serait le socle commun sur lequel renaitrait l’unité, alors que les conceptions de la laïcité sont elles-mêmes très diverses.

Éric Vinson nous propose cependant sa définition du mot laïcité : « la régulation démocratique du fait religieux », ce qui prend sens en se rappelant que le fait religieux était là avant la laïcité. D’ailleurs on ne peut comprendre la laïcité sans connaitre l’histoire de France, ce qui explique peut-être qu’elle ne fonctionne pas chez certains ou dans d’autres pays. Par ailleurs si laïcité et fait religieux (un mot d’ailleurs laïque) doivent être observés et compris ensemble, il en est bien sûr de même entre religions et cultures.

liberté de conscience pour l’un et liberté de voir la loi appliquée pour l’autre.

– Une laïcité pour l’égalité : les quatre cultes présents significativement sur le territoire français en 1905 bénéficient des mêmes droits et ont les mêmes devoirs. Nous savons aujourd’hui que cette équité subit des entorses, avec par exemple le statut de l’Alsace –Moselle, ou l’entretien par l’état des bâtiments du culte catholique construits avant 1905.

– La séparation de l’église et de l’état, un moyen donc, mais avec aussi son lot de difficultés d’application et avec Pour mieux comprendre le lien étroit entre laïcité et fait religieux, Éric Vinson reprend les trois piliers de la Loi de 1905, les deux premiers de finalité et le troisième de moyen :

– Une laïcité pour des libertés protégées : entre autre la liberté de conscience, de religions, celle de les critiquer et de les défendre aussi, liberté du pouvoir politique face au pouvoir religieux, en ayant conscience que sur ce premier point déjà les choses ne sont pas simples et que des libertés peuvent s’opposer, par exemple sur l'ivg opposition entre

ses contradictions, par exemple l’école privée sous contrat, l’intervention de l’état pour l’organisation de certains cultes ou les difficultés pour définir précisément espace public et espace privé pour l’application de certaines lois.

D’une manière encore plus globale, nous voyons que dans un pays comme les Etats-Unis, il y a cohérence entre les idéaux démocratiques, religieux et politiques, cela ne manquant pas de poser d’ailleurs d’autres problèmes, alors que en France il y a dissociation du champ politique et du champ religieux avec en conséquence des sujets de frottement permanent.

Concernant l’école par exemple, il nous faut veiller à ce que l’école ne soit pas réduite à un lieu d’interdiction de toutes évocations ou signes d’ordre religieux (position parfaitement légitime) mais à pouvoir proposer aussi des regards positifs sur des manifestations du religieux pour que l’école ne soit pas perçue comme étant « contre » la religion.

Aider l’être humain à se construire dans cette complexité, tel est le chemin que nous propose Eric Vinson.

 Le texte central de notre bulletin sur Antigone peut nous permettre aussi de prolonger cette réflexion.

Olivier Rapey

 

 

 

* la conférence d'Eric Vinson peut être écoutée intégralement sur notre site www.unidivers-asso.fr à la page activités

 

Pour Info : réécouter aussi sur France-Culture www.franceculture.fr sur conférences/nouvelles-publications p.3 du 02/12/2016,

Laïcité et fait religieux. Force est de constater qu'il règne autant d'incertitude voire d'ignorance sur le sens et les contenus …

Entre enseignement de type confessionnel et élément d’étude des civilisations imposé désormais dans les programmes scolaires comme partie de la culture commune, qu’entend-on par enseigner le fait religieux ? L’actualité impose en permanence un débat sur le retour du religieux. Faut-il le relativiser ? Quel avenir pour les religions confrontées au défi de la mondialisation, détachées de leurs cultures et territoires d’origine ?